Éloge de la persévérance

Révoltez-vous, exprimez-vous, partagez !

La persévérance est l’entêtement intelligent. Elle est fondée sur une pensée que rien n’ébranle tant qu’aucune preuve d’échec certain n’est avancée. Elle est respectable, louable et digne. Elle s’oppose à l’abandon, la fuite et le renoncement. Persévérer, c’est déjà vaincre le supposé insurmontable. Les persévérants sont une version évoluée de l’homme. Ils rencontrent face à eux les fatalistes, prudents et pessimistes qui défendent leur doctrine par la satisfaction de ne jamais croiser l’échec très souvent et l’acceptation des événements tels qu’ils sont. Pas de combat, pas de perdant… mais pas de gagnant non plus !

Pourquoi faut-il être persévérant ?

Mais voyons, pour les mêmes raisons qu’en sport, à l’école ou au travail : pour atteindre nos objectifs, réaliser nos rêves et obtenir des conditions de vie meilleures. Le persévérant fréquente assidûment l’optimiste et le combattant. Ce sont des clans amis.

Ces trois typologies d’individus sont liées par une énergie positive qui décuple leur potentiel et influe le présent. Chaque pensée positive qui repose sur l’idée d’une victoire assurée est intrinsèquement pourvue d’un pouvoir d’attraction élevé en chance de réussite. Toutes les énergies environnantes et distantes seront alors sollicitées pour contribuer à rendre le challenge réalisable.

Bien souvent en amour, les problèmes reposent sur des failles en matière de communication ou des blessures passées qui ressurgissent lors de mises à l’épreuve comme le sentiment de frustration, d’humiliation ou plus généralement de non-respect. Alors il faut être persévérant pour ne pas succomber à l’envie de tout envoyer en l’air. Alors il faut compter sur l’optimisme, la positivité et la bienveillance pour rester ancré dans des pensées gorgées d’énergie. Nous ne sommes pas au pays des Bisounours, mais bien sur une terre où l’intérêt de chacun repose uniquement sur sa capacité à voir un événement tel qu’il est, et de le visualiser tel qu’il veut qu’il soit.

C’est une sorte de pacte d’allégeance avec soi qu’il faut alors mettre à exécution et s’il faut se battre, nous nous battrons et s’il faut mourir, VOUS mourrez, lol, comme dirait Franck Dubosc dans l’un de ses sketchs 😉

Un peu de sérieux. Je rebondis sur cette image de Bisounours qui pourrait venir facilement à la bouche des fatalistes, des pessimistes et des prudents. Je leurs retourne que la persévérance est un acte de bravoure qui demande autant de force que d’humilité. Les pragmatiques et autres esprits cartésiens peuvent rejoindre cette forme de pensée, tant que l’équation n’aboutit pas sur un échec certain. On peut parfaitement être cartésien et compétiteur en même temps !

On ne nait pas persévérant, on le devient !

Une relation de couple repose avant tout sur une relation avec soi-même et son passé. Mieux nous serons avec nous-mêmes et notre histoire – notre enfance, notre adolescence et notre éducation – et mieux nous saurons accueillir les difficultés du quotidien au présent et dans l’avenir. Si les fondations de ce qui fait de nous un être persévérant sont solides, allégées de tous ressentiments et de doutes, alors il sera aisé de faire la part de choses et de trouver les bonnes solutions en toutes circonstances.

Pour celles et ceux qui ont des dossiers assez lourds avec leur passé, je ne peux que leur recommander de s’orienter vers le Pardon – autre qualité et pensée au service de notre bien-être – et la reprise de confiance en soi (développement personnel, pouvoir de l’attraction).

L’honnêteté avec soi-même lors d’un challenge doit néanmoins être en veille à chaque instant, de sorte que nous ne puissions pas nous laisser emporter par un enthousiasme irrationnel ou fou, qui rendrait notre quête irréalisable.

La puissance d’un couple double les pouvoirs d’un persévérant bien sûr, puisqu’ils se retrouvent deux. Bien harmonisés, ils viendront à bout de tous les défis sans aucun effort. Seule l’assurance profonde de gagner suffira. Seule cette pensée positive permettra de trouver les idées et de les mettre en place. Une certaine rigueur sera observée lors du déclenchement du défi. Un persévérant est un être qui sait où il va poser l’autre pied. Il voit loin – suffisamment pour être optimiste – et il voit de près aussi, suffisamment pour être réaliste.

Quand des sentiments amoureux sont évidents et que les deux sont persévérants, la fiabilité du couple est armée contre tout tourment. C’est ainsi que des couples traversent les années et viennent à bout des quatre vents. Si seulement un des deux est persévérant, alors il devra embarquer l’autre dans son voyage vers la réussite avec empathie, fermeté parfois et délicatesse en même temps.

Aimer d’amour n’est pas une évidence !

C’est un don de soi à l’autre qui repose sur des socles tels que la confiance, la conciliation et l’écoute. Ce n’est pas aimer les fruits de mer, le vin ou l’aéronautique. L’amour demande de la sincérité tout le temps, de l’humilité souvent et de la persévérance quand il le faut, quitte à s’opposer aux autres clans. Enfin, dans l’amour à deux, je le souligne, il doit aussi avoir l’amour de soi et un temps pour s’y consacrer individuellement (sports, sorties entre amis, passion, lecture, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.